Just another WordPress.com site

Essai de transport de courant electrique de Marcel Deprez

Marcel Deprez (1843-1918)
A l’exposition Internationale d’Electricité de Paris de 1881, Marcel DEPREZ présente pour la première fois une installation de distribution d’énergie électrique : deux dynamos à double excitation alimentent en courant continu par un câble de 1,8 km, 27 appareils divers, répartis dans le Palais de l’Industrie (machines à coudre, à plisser, scie à ruban, machines à tresser les fils de métal, lampes à arc et à incandescence, presse à imprimer) et qui fonctionnent indépendamment les uns des autres.
Le 15 juin 1882, au cours d’une conférence au Conservatoire National des Arts et Métiers  » Application de l’électricité à la production, au transport et à la division du travail  » Marcel DEPREZ démontre le premier, mathématiquement et expérimentalement la possibilité du transport de l’énergie à grande distance : à partir de la dynamo à double excitation, il simule, par une résistance d’environ 800 ohms, une ligne qui alimente 6 machines de façon indépendante (la puissance utile transmise est d’environ 3kW).
Lorsque l’Exposition d’Electricité s’ouvre à Munich, en septembre 1882, on propose à Marcel DEPREZ de réaliser une expérience de transport à grande distance. Rien d’analogue n’avait encore été réalisé et la distance qu’il s’agissait de franchir dépassait tout ce qui avait été vu jusque là : 57 km !
La génératrice (Gramme) entraînée par une machine à vapeur fut placée à Miesbach, village situé à 57 km de Munich.
La machine réceptrice, installée dans le Palais de Cristal était employée à faire fonctionner une pompe centrifuge alimentant une cascade de 2,50 m de hauteur.
Le transport était assuré par une ligne télégraphique (57 km de fil de 4,5 mm de diamètre, résistance 950W, tension au départ de 1,35kV).
La puissance utile transmise était d’environ 400 W et le rendement global d’environ 30%.
Le 2 octobre 1882, le comité pour les Essais Electrotechniques de Munich adressait à l’académie des Sciences la dépêche suivante :  » Nous sommes heureux de vous annoncer que l’expérience de Marcel DEPREZ, ayant pour but de transporter une force par un fil télégraphique ordinaire a pleinement réussie « .
C’était le premier pas du transport de l’énergie électrique, mais c’est seulement après la guerre de 1914-1918 que l’on trouva le moyen d’atteindre de plus longues distances (200, 500 et 600 km).
Marcel Déprez réalisa plusieurs expériences de transport de l’électricité dont la plus déterminante se déroula à partir de la vallée de la Romanche, entre Jarrie et Grenoble en 1883 sur une distance de quelques 14 kilomètres.
Pendant plus d’un mois une puissance de 6 kilowatts, en courant continu sous 3000 volts, fut transportée à Grenoble pour allumer 108 lampes Edison et faire tourner les moteurs de 3 machines.
Si on l’a un peu oublié, Marcel Deprez demeure une de nos gloires nationales : il est le premier, avant Edison, a avoir trouvé comment transporter et distribuer du courant électrique sur une dizaine de kilomètres, ouvrant dès 1884 la voie à la société moderne.
Auréolé de ce succès, nommé à l’Académie des sciences et titulaire d’une chaire créée pour lui au CNAM, il incarnera la stratégie française en matière de distribution électrique.
Pour Deprez et ses amis, l’avenir est sans aucun doute au courant continu.
Si ses lignes électriques sont assez capricieuses, son réseau… de relations fonctionne parfaitement.
Il étouffe les quelques voix qui mettent timidement en doute le succès de l’inventeur, et veille à ce qu’un autre savant, Lucien Gaulard, ne puisse se faire entendre.
Avec le recul de l’histoire, il apparaît clairement que la France s’est trompée de gloire nationale : Gaulard est le père de la technologie du courant alternatif, celle qui permettra effectivement à l’électricité de bouleverser la société.
Polémique.
Mais il y a mieux, ou pire : Deprez n’a rien inventé du tout.
En étudiant ses expériences, Girolamo Ramunni, physicien de formation, a pu s’assurer que son installation aurait fatalement dû griller.
Il y a bien eu fraude, comme quelques observateurs le murmuraient à l’époque.
La turbine ayant servi à cette expérience est préservée elle est visible sur le parking de l’usine chimique le Rubis juste en face du poste de garde.
Le système Deprez à courant continu haute tension ne connaîtra pas de descendance celui-ci sera supplante par le système de Berges à courant alternatif.
Le système Deprez servira à alimenter les voies de tramways en courant continu mais aussi des usines.
Les papeteries du Moustier à Domène utiliseront un système Deprez de même que les cimenteries de Voreppe en 1892

//

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s