Just another WordPress.com site

Sainte-Marie-aux-Mines Tellure a fière allure

Avant de devenir guide à Tellure, Thierry Muller, originaire du Val de Villé, s’occupait de tout autres galeries , celles du… Fonds régional d’art contemporain à Sélestat. Sous sa conduite, un groupe de lycéens, casqués et revêtus de la tenue réglementaire, vient d’entrer dans la mine Saint-Jean. Quarante minutes dans le ventre de la Terre, qui sont le prolongement et le clou du « Parc minier, centre d’exploration des mondes souterrains », selon la terminologie retenue, qui vient d’ouvrir. Une façade discrète, dont il manque encore la signalétique, pour une belle aventure, baptisée Tellure, qui a elle-même donné lieu à la création d’un nouveau lieu-dit au nom éponyme, dans la montée du col des Bagenelles, à la sortie de Sainte-Marie-aux-Mines.

Bienvenue, donc, dans ce nouvel objet touristique encore mal défini mais qui ne demande qu’à l’être. Car c’est peu dire que les porteurs du projet, en l’occurrence les élus de la Communauté de communes du Val d’Argent, leur président Jean-Luc Fréchard en tête, y ont placé quelques wagonnets d’espoirs, non plus en termes de filon argentifère mais de vitalité économique, de liant social et de dynamique de développement. C’est peu dire aussi qu’après des moments de doute et de controverse, ils y croient. « Avec le patchwork, la bourse aux minéraux ou la foire aux tissus, la vallée dispose d’atouts forts autour de l’événementiel. Des atouts que le parc minier a pour mission de fédérer », exprime Jean-Luc Fréchard, en y ajoutant la cerise sur le gâteau : depuis trois ans, le Val d’Argent dispose du label Pays d’art et d’histoire.
Il a fallu vingt ans pour en arriver là. Le parc minier, qui a longtemps joué les Arlésiennes, est sorti de la montagne « après quatre années de travaux, dont une de trop pour des problèmes de verrière, et dix millions d’euros d’investissement public », résume Dominique Vairon. Cet ancien directeur de production à Disneyland a pris en 2004 les rênes de l’Epic (établissement public à caractère industriel et commercial), créé pour chapeauter l’office de tourisme et Tellure. Loin de la tonitruance d’autres créations (vous avez dit Bioscope ?), le parc vient d’ouvrir « en douceur », avec le souci de « se mettre à l’écoute des visiteurs ». Un premier test apparemment réussi : les Sainte-Mariens, invités à venir en éclaireurs le week-end de Pâques, ont été séduits. De quoi faire bonne mine.

Textes: Lucien Naegelen

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s