Just another WordPress.com site

La Maison du mineur, une descente au XIXe siècle

| ANNEZIN |

Depuis 2005, la commune dispose d’uneMaison du mineur, semblable à celles des années 1880. Pour la première fois vendredi, une visite était organisée en partenariat avec l’office de tourisme de Béthune-Bruay. Un rendez-vous qui en appelle d’autres.

Entrer dans cette modeste demeure de la rue Duguesclin, une des dernières habitations de l’époque des mines, c’est faire un bond en arrière de plus d’un siècle. On se retrouve à l’époque de Germinal : tout a été fait pour que l’intérieur soit une réplique à l’identique des maisons des mines de la fin du XIX e siècle.

Le président de l’association des Amis du musée de poche, Patrick Honoré, a fait office de guide pour les visiteurs du jour. Lui dont le grand-père fut mineur, mais dont la passion pour le quotidien des gueules noires est très récente. « C’est en plongeant dans le passé que je me suis intéressé aux mineurs et à leur vie quotidienne. » Accompagné de deux bénévoles de l’association, il prend plaisir à retracer la vie des mineurs, à donner des détails sur le passé minier d’Annezin. « Les mines d’Annezin n’ont jamais été très rentables, car le sol était plutôt pauvre et sans cesse inondé. » La maison du 11, rue Duguesclin, abandonnée depuis dix ans, a été restaurée en partie par la municipalité, et les Amis du musée en ont fait un musée du mineur en 2005. Une seule pièce fut d’abord aménagée, puis récemment, après quelques travaux, la cuisine le fut à son tour. Certains visiteurs, en la découvrant, se remémorent des souvenirs d’enfance. Le linge séchant sur les fils à l’intérieur même de la cuisine, près du poêle sur lequel trône la sacro-sainte cafetière toujours prête à servir…

La société houillère de Vendin exploite la concession entre 1854 et 1900, date à laquelle les deux fosses sont inondées. La mine a fait venir de la main d’oeuvre qu’il fallait loger : une quarantaine de maisons identiques sont construites. Un coron. Cette maison-ci devait accueillir un couple avec un ou deux enfants. « D’ailleurs, lors des Journées du patrimoine, nous avons reçu une dame qui a vécu dans cette maison jusqu’à son mariage. Elle était très émue de la voir revivre ainsi. » Patrick Honoré espère que la mairie va poursuivre les travaux dans la maison pour qu’il puisse aménager les chambres et les dépendances, et permettre aux visiteurs de se plonger totalement dans le quotidien des familles de mineurs. « Il ne faut pas s’arrêter en si bon chemin. » L’association est ravie du partenariat avec l’office de tourisme, qui devrait accroître le nombre de visiteurs. Dont vous ?

MARC VASSEUR (CLP)

Maison du mineur, 11, rue Duguesclin (près du cimetière)

. Visites sur demande le 1e r samedi du mois. Contact : Patrick Honoré, au 03 21 56 77 74.

VLes bénévoles sont à la recherche d’un buffet parisien et d’un poste TSF pour enrichir la pièce à vivre.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s