Just another WordPress.com site

En souvenir des hommes morts à la mine

262 mineurs sont morts au fond de la mine, à Marcinelle, le 8 août 1956. Dix-huit ans plus tard, à Liévin, 42 mineurs perdaient également la vie. Veuves, orphelins et anciens mineurs leur ont rendu hommage hier à Marcinelle.



MARIE GOUDESEUNE > region@nordeclair.fr
Marie-Jeanne se souvient. Ce jour-là, le 8 août 1956, elle était en train de jouer avec d’autres enfants devant les maisons. Elle avait tout juste 5 ans. « J’ai entendu à la radio qu’il y avait quelque chose, j’ai couru à la maison pour dire à maman qu’il y avait eu une explosion à la mine. Mais elle n’a pas voulu me croire, elle s’est fâchée ». Le corps du père de Marie-Jeanne a été retrouvé parmi les huit derniers cadavres, et enterré non loin de Marcinelle. « Maman a 82 ans aujourd’hui, elle n’a pas voulu venir ici. Si je suis venue, c’est parce que je voulais revoir ce lieu », raconte, émue, cette Flamande qui a aujourd’hui 59 ans.
Et elle n’était pas seule, hier. Des centaines de personnes, veuves, anciens mineurs, orphelins, sont venues rendre un hommage aux 262 mineurs (dont 136 Italiens) décédés au fond de la mine du Bois du Cazier, à Marcinelle, après un violent incendie. « Ça a été un drame européen (parmi les victimes, on a dénombré 12 nationalités différentes, ndlr), se souviennent Antonio Sestu et Émile Godart. La catastrophe a déclenché toute une harmonisation de la sécurité au travail, mais c’était trop tard : tous les charbonnages devaient fermer quelques années plus tard » . Ilvana a fait le déplacement depuis l’Italie en souvenir de ce père qui a laissé derrière lui une épouse de 32 ans et trois enfants : « Je ne l’ai jamais entendu se plaindre de son travail. Il rêvait toujours de se construire une petite maison en Italie pour plus tard ».

Hier, plus de 400 personnes se sont retrouvées à 8 h 10 pour entendre le tintement de la cloche sur l’ancien site minier, se recueillir au cimetière et partager un repas ensemble.

8 août, journée du mineur ?

Comme l’explique Marie-Louise De Roeck, guide au Bois du Cazier, « ce site a été transformé en musée à partir de 2002, avec l’aide de l’Europe et des associations de mineurs. Auparavant il était en friche, dans un délabrement total ». Pour Sergio Aliboni, l’un des organisateurs de cette commémoration, il était important de faire de ce 54e anniversaire un événement spécial : « Nous avons souhaité cette année faire venir d’anciens mineurs des Flandres, de France, du Luxembourg, d’Autriche… C’est, pour nous, le commencement d’une journée internationale du mineur que nous voulons organiser chaque 8 août ».

MARCINELLE (BELGIQUE) Publié le lundi 09 août 2010 à 06h00 Nord Eclair

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s